lundi, avril 23, 2007

Sablés au thé vert matcha



J’ai déjà eu l’occasion de vous le dire : j’adore le thé vert matcha : en glace, en cake, en meringue, en panna cotta, en éclair ou en chou chez Sadaharu Aoki. Et je cherche toujours une bonne occasion de tester une nouvelle recette. A l’occasion d’un départ à l’agence, je n’ai pas résisté longtemps pour réaliser ces petits sablés (d’après une recette de cook-and-co excellent site d’un graphiste et d’une photographe, qui malheureusement présentent peu de recettes).

Ingrédients pour 40 biscuits :
120 g de sucre brun
115 g de beurre demi-sel
140 g de farine à levure incorporée
70 g d’amande en poudre
1 pincée de sel
1 pincée de bicarbonate de sodium
1 oeuf
1/2 cuillère à café de poudre de thé matcha

Mélangez le beurre mou et le sucre au robot. Ajoutez au fur et à mesure la farine, le bicarbonate, le sel, la poudre d’amande et l’oeuf. Ajoutez la poudre de thé matcha quand le mélange est bien homogène. Vous obtenez une boule de pâte toute verte. Cette pâte est très difficile à travailler. Le plus simple est de l’abaisser entre 2 feuilles de papier film ou sulfurisé à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Quand vous obtenez une pâte épaisse de 5 mm environ, la remettre au frais pour une demi-heure ou plus (je l’ai faite la veille).
A la sortie du frigo, avec un emporte pièce de 4 cm, réalisez vos sablés que vous posez sur une plaque de cuisson siliconée ou sur un papier cuisson. Mettez les à four préchauffé à 160°C pour 10 à 13 minutes.
Les sablés sont un peu cassants à la sortie du four.


J’ai fait un peu plus de pâte que j’ai congelée pour réaliser des fonds sablés pour des tartelettes aux fraises dans les jours à venir.

jeudi, avril 19, 2007

Nems de poireaux au chèvre et soja



Quelques poireaux ont survécu à cet hiver très doux, emmitouflés sous leur bâche protectrice. Ils finissent dans notre assiette avant que les jeunes poireaux primeurs ne fassent leur apparition. Je ne suis pas super fan des poireaux vinaigrette que j’ai tendance à noyer sous la … vinaigrette justement. Quand j’étais petite (c’était un des plats préférés de ma grand-mère), je faisais une horrible bouillie de poireaux froids, d’oeuf dur et de vinaigrette et surtout j’aimais le vert et non le blanc ! Aujourd’hui, je les prépare en nems avec du fromage de chèvre frais et des pousses de soja. Recette inspirée du site Saveurs du monde.



Nems de poireaux au chèvre, soja et sésame
Pour 12 nems environ (compter deux ou trois nems par personne pour une entrée)
3 poireaux (si possible des primeurs nantais qui sont très tendres)
150 g de fromage de chèvre frais
2 cuillères à café de sésame légèrement grillé.
100 g de germes d’alfalfa (remplacés par des pousses de soja fraiches). Ces germes se trouvent dans les magasins bio mais le mien n’en avait plus. Elles sont plus fines et croquantes que la pousse de soja à la saveur plus marquée.
quelques oignons tiges
sel, poivre, sauce soja et huile de sésame
éventuellement une petite cuillère d’huile d’olive pour assouplir le fromage de chèvre.


Ouvrir le poireau deux dans le sens de la longueur.
Éliminer les extrémités. Séparer les feuilles et les faire blanchir 4-5 minutes dans l'eau bouillante.
Les égoutter avant de les garnir d'un mélange de chèvre frais, grains de sésame, oignons, et germes d'alfalfa ou pousses de soja. Rouler les feuilles de poireaux et maintenir avec une pique en bois.
Servir très frais (essentiel) accompagnés d'une sauce soja mélangée avec un peu d'huile de sésame pour rester dans un esprit asiatique ou d’une vinaigrette relevée pour ceux qui veulent rester traditionnel. Rajouter un peu de fleur de sel selon votre gout : attention la sauce soja est déjà naturellement très salée...

Presque diététique, non ?

lundi, avril 16, 2007

Swedish rye bread /tsaziki à la pomme


Je suis allée chez Alinea et Ikea… et j’ai réussi à n’acheter que ce kit "pain complet" à faire au four et du sirop à la fleur de sureau dont je ne sais pas encore quoi faire. Je n’ai même pas craqué sur un petit ustensile de cuisine, une petite lampe. Rien ! alors que Ikea c’est comme H&M : impossible de ne pas acheter un truc tellement c’est pas cher ! Juste pour info : la vaisselle est plus jolie et moderne chez Alinea mais il n’y a peu de magasins en France.

J’ai donc testé dimanche matin, le pain de seigle en « kit » composé de flocons de seigle, de blé, de graines de tournesol et de lin, de diverses farines complètes. Avec un petit tsaziki maison au concombre et à la pomme… on se croit presque en Scandinavie ! ne manquent qu’un bon saumon fumé, ou des filets de poisson fumé.

Préparation : 2 minutes
Repos de la pâte : 45 minutes
Cuisson : 60 minutes à 200°C
.
Verdict : Excellent- compact et croustillant avec toutes les graines qu’il contient. Super pratique pour un brunch ou un pique-nique improvisés. Adopté. Je vais en prendre en réserve pour Clichy et Annecy.

Pour le tsaziki :
1/3 de concombre coupé en petits cubes
1/2 pomme coupée en petits cubes
3/4 jeunes oignons avec leurs tiges coupées en petits dés
2 gousses d’ail pressées
1 mug de fromage blanc (j’ai pris du fromage blanc battu 20% de MG bio)
ciboulette, persil, fleur de sel et poivre du moulin

Mélangez tous les ingrédients. Rajoutez pour le service, un peu de fleur de sel et un filet d’huile d’olive (à la pomme pour moi car j’ai une bouteille d’huile d’olive à la pomme de chez Rihuelo).



Enfin pour finir ce post, mon blog vient de passer le cap de sa première année tranquillement sous le soleil comme le jour de sa naissance.

jeudi, avril 12, 2007

Pommes au four caramélisées au citron gingembre



Après un week-end pascal splendide à Annecy, un chat en chocolat (Lenôtre) dévoré par mes nièces, des morilles en veux-tu en voilà, un tiramisu aux fruits rouges réalisé par mon frère (c’était la première fois que je mangeais un dessert réalisé par mon frère !!!), on poursuit à Paris avec la préparation du Marathon qui a lieu dimanche. Nous accompagnons un de nos clients dans son partenariat avec cet événement sportif. Je suis donc relativement silencieuse sur ce blog depuis quelques jours.


Petit verger annécien sous le soleil d'avril à côté de la maison


Juste le temps de préparer des pommes au four caramélisées au citron et gingembre. Encore une recette adaptée de Saveurs de Donna Hay : en gros j’ai diminué par 3 les quantités de sucre et beurre !, rajouté du gingembre et du romarin.

Pommes au four caramélisées au citron et gingembre

Pour deux personnes
1 ou deux pommes Pink lady selon votre appétit
40 g de sucre demerara
30 g de beurre doux
pour le beurre au citron
1 jus d’un demi-citron jaune
1 zeste d’un demi-citron jaune
quelques grammes de gingembre frais rapé (optionnel)
30 g de beurre
quelques brins de romarin pour le service (optionnel)




Coupez vos pommes en deux et mettez les dans un plat allant au four chair vers le haut, saupoudrez de sucre, de quelques grammes de gingembre et copeaux de beurre. Mettre à four chaud 180°C pour 30 minutes et les arrosant régulièrement.
Préparez un beurre roux dans lequel vous ajouterez le zeste de citron et le jus de citron. Sortez vos pommes du four et arrosez les de beurre au citron.


A servir avec une glace au gingembre et citron par exemple ou au romarin pourquoi pas, de la crème fraiche épaisse ou à déguster chaude à la petite cuillère telle quelle. Mangez des pommes !

dimanche, avril 01, 2007

Blanc-manger à la violette, cassis et muffins chocolat blanc


Autant vous le dire tout de suite, ces muffins déchirent ! je vais devoir combattre pour ne pas les faire toutes les semaines. Béa qui se ballade en Tasmanie ne se doute pas qu’elle vient de déclencher un drame : résister au muffin au chocolat blanc de La tartine gourmande! Je ne sais même pas pourquoi je vous donne le lien car vous allez également tombé dans une grave dépendance. J’ai juste rajouté à la recette de Bea, quelques amandes grillées dans la pâte.


Et quand ils sont accompagnés de ce petit blanc-manger au sirop de violette et cassis, c’est le printemps qui rentre à la maison.
La recette est de Elle, je cite : « Exquis, petit prix, léger, velouté, facile à préparer : ce dessert à toutes les qualités »

Blanc-manger à la violette et cassis
Pour 4 coupes (difficile de faire moins)
1/4 de litre de lait entier
1/4 de litre de crème fraiche liquide (remplacée en partie par du lait de soja)
50 g de sucre en poudre
2 cuillères à soupe de Maizena
sirop de violette (je l’ai mélangé à 3 cuillères à soupe de confiture cassis /violette
de chez Carla)
quelques amandes hachées
des graines de pavot (optionnel, je n’en ai pas vu l’utilité)


Mélanger le sucre et la maïzena dans une casserole et verser dessus le lait et la crème. Porter à ébulltion sans cesser de remuer pendant 3/ 4 minutes à petits bouillons. La préparation doit épaissir. Laisser refroidir avant de verser dans vos ramequins de présentation. Mettre au frais pour 6h au moins.
Avant de servir napper vos blanc-manger de sauce cassis/violette (au autre sirop fruits de votre choix), déposer des amandes concassées et une violette cristallisée dessus.




J’ai découvert hier que j’habitais la même rue qu’Henry Miller un de mes écrivains américains préférés qui a combattu dans toute son œuvre le puritanisme anglo-saxon et inspiré les futurs écrivains de la Beat generation . Je savais qu’il avait habité le quartier (« Jours tranquilles à Clichy ») mais je n’avais jamais remarqué la pancarte devant l’immeuble : Ici à vécu Henry Miller de 1932 à 1934. Il y a écrit deux de ses livres majeurs. Moi c'est le genre d'info qui me fait plaisir et en plus il fait beau... Vive le printemps

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails