dimanche, juin 24, 2007

KKVKVK 20 : Religieuse pas sérieuse au caramel beurre salé




Ma dernière participation au KKVKVK remonte à loin : la brioche royale je crois. Les thèmes suivants ne me plaisaient pas trop mais l’idée de la religieuse m’a fait de l’œil. J’avais déjà réalisé il y a très longtemps de la pâte à choux mais dans ce jeu le plus difficile reste de trouver une religieuse attirante (attention une religieuse ne doit pas être sexy), simple et gourmande. La religieuse n’est pas mon gâteau préféré : je lui préfère le 1000 feuilles, ou le Saint-Honoré, encore une histoire de saint. Bref, entre ceux qui l’aime au chocolat, ceux qui l’aime au café, j’ai du choisir et opter pour le caramel beurre salé. Une religieuse bretonne, tiens-ça c’est une idée. Sous son chapeau croustillant, une crème douce aux senteurs de Bretagne, une religieuse comme on les aime…un peu destroy (elles ont oublié leur petite collerette de crème au beurre) mais pour une première fois elles sont rigolotes... elles n'ont pas la classe de celles de chez Ladurée, ou de celles de Michalak mais elles ont ce petit côté campagnard de la province.





Ingrédients pour 6 religieuses
Pour la pâte à choux
25 cl d'eau - 70 g de beurre doux - 150 g de farine tamisée - 20 g de sucre - 3 oeufs
Pour le glaçage
4 cuillères à soupe de sauce au caramel beurre salé
Pour la sauce au caramel beurre salé
150 g de sucre, 20 cl de crème liquide, 80g de beurre salé, 5 pincées de fleur de sel
Pour la crème pâtissière au caramel beurre salé
40 cl de lait,1/2 de gousse de vanille , 3 jaunes d'oeufs , 70 g de sucre , 40 g de maizena

1ère étape qui peut être faite la veille : la sauce au caramel beurre salée
Suivre la recette de Pascale Weeks ici en doublant les doses. Il en faudra pour le mélange avec la crème patissière et aussi pour le glaçage. Essayez de ne pas en manger la moitié à la petite cuillère !

2nde étape (pouvant être réalisée la veille également) : la crème pâtissière.
Mettre le lait à bouillir avec la vanille. Cassez les oeufs et séparez les blancs des jaunes. Travaillez les jaunes d'oeufs avec le sucre, jusqu'à ce que la pâte fasse le ruban (s'étire en ruban lorsqu'on la soulève à la cuillère), puis ajoutez la farine.
Versez le lait bouillant sur le mélange, en tournant bien. Remettez dans la casserole sur le feu. Faites cuire en tournant très soigneusement en évitant qu'elle ne brûle. Retirez dès ebullition.
Mélangez la moitié de votre sauce caramel à la crème. Après refroidissement réservez au frais.


3ème étape : La pâte à choux
Mettre dans une casserole, l'eau avec le beurre coupé en dés. Portez à ébullition. Hors du feu, ajoutez en une seule fois la farine et mélangez bien à la spatule. Dès que la pâte est souple et homogène, remettre sur feu vif pour dessécher votre pâte pendant 3/4 minutes. Retirez du feu et laissez refroidir quelques instants. Ajoutez les oeufs battu en mélangeant bien. Cette opération est longue et vous devez obtenir à nouveau une pâte souple et collante.
Remplissez une poche à douille de cette pâte et réalisez 6 grosses boules et 6 petits boules. Enfournez pendant 30 min à four chaud 200°C. Laissez refroidir vos choux dans le four entrouvert pour les dessécher également.
Une fois refroidis, faire un trou et remplir vos choux de crème. Coller un petit chou sur un gros chou. Laissez degouliner le caramel beurre salé.



Honnêtement c'est l'opération la plus difficile : faire les boules, et les remplir. J'ai pas l'impression par ailleurs, que les choux ont super gonflés. La pâte est très collante et je ne maîtrise pas bien la poche à douille.

Conclusion : Il faudrait que je prenne des cours pour maîtriser poche à douille, remplissage des choux... mon but : faire un Saint-Honoré un jour . Mais même si elles ne sont pas super jolies, je peux quand même vous dire qu'elles sont super bonnes ces religieuses bretonnes, limite décadantes.

mercredi, juin 20, 2007

Tartelette aux fraises et matcha



Ou comment recycler de la pâte sablée au thé vert matcha.
Vous trouverez la recette de la pâte à sablé au thé vert dans l'index. Pour le reste, un peu de mascarpone, un oeuf, un peu de sucre, des belles fraises mara des bois. On saupoudre de pistaches vertes concassées ou de thé vert. Temsp de réalisation hors décongélation de la pâte sablée (en avoir toujours au congelo) : 5 minutes / cuisson 12 minutes / montage 5 minutes. Et encore moins de temps pour les manger !



J’ai été taguée par Cocotte. Je sais pas vraiment ce que je dois faire sinon dire 7 vérités sur moi, voici ce que je peux vous révéler :

1- J’adore ne rien faire : glander au soleil et lire c’est le pied absolu pour moi. J’essaie de me soigner mais difficile de lutter contre sa vraie nature.
2- Je suis haut-savoyarde mais ne skie pas : je déteste même l’idée d’être sur tes skis, encore moins de les porter, de faire 1h de queue pour un télésiège. En revanche j’adore la montagne, la neige, les marmottes, Heidi et tout le folklore lié à la montagne.. je suis même abonnée à Côté Est. C’est pas peu dire !
3- J’ai peur des insectes sauf des araignées et des coccinelles (bizarre non !).
4- La solitude ne me fait pas peur, au contraire. Je ne m’ennuie jamais toute seule.
5- J’ai croisé Michael Jackson en vrai à 1 m de moi à Varsovie. Nous étions dans le même hôtel. J’aurais préféré rencontrer Jude Law ou Jean-Louis Murat (mes deux pêchés-mignons)
6- Je ne consulte jamais mes messageries téléphoniques, certains me laissent encore des messages, paraît-il… les malheureux !
7- Je déteste les discussions de « filles », l’iconographie « princesse », les virées shopping…mais j'adore les chaussures et les sacs à main.

samedi, juin 16, 2007

Tiramisu au parmesan et tomates confites


Pas le temps pour grand chose actuellement. J’ai un peu l’impression de passer tout mon temps au bureau. De plus les averses orageuses en région parisienne ne poussent pas vraiment à la ballade. Alors shopping, repérage solde et carrelages (je n’ai toujours pas lancé l’opération salle de bains !) chez Carrelages des sud (très beaux zéliges) et Diagonale. Mais rien de très précis. Alors histoire de se donner un peu de soleil, quelques verrines à la saveur italienne à déguster à la petite cuillère…


Tiramisu au parmesan et tomates confites
Pour 4 personnes
200 g de mascarpone
50 g de parmesan rapé
6 tomates bien mûres ou des tomates déjà confites chez certains traiteurs + 2 autres tomates (des Roma pour moi)
3 oeufs
4 tranches de pain de mie
1 gousse d’ail
2 cuillères à café de paprika
1/2 cuillères à café de piment (en option)
4 CAS d’huile d’olive
1 CAS de vinaigre balsamique
Confire les tomates : plongez-les dans l’eau bouillante pour leur retirer la peau. Coupez 4 tomates en 2 dans le sens de l’épaisseur et épépinez-les. Placez les dans une poêle avec 2 CAS d’huile et laissez les confire 40 minutes à feu doux en les retournant de temps en temps. Vous pouvez sauter cette étape en les achetant déjà prêtes chez un traiteur italien.
Détaillez-les en petits dés une fois refroidies, ainsi que les 2 autres tomates. Faites griller le pain de mie et frottez le à l’ail des deux côtés. Coupez vos tranches au format de vos verrines ou de votre plat. Faites-les tremper dans un mélange de vinaigre balsamique et deux cuillères d’huile d’olive. Fouettez votre mascarpone avec les jaunes d’oeuf. Ajoutez le parmesan, le piment, le paprika, le sel et le poivre.
Mélangez vos tomates confites en dés aux autres tomates. Battre vos blancs en neige et incoporez-les au mascarpone.
Dans un plat ou verrine, mettre un morceau de pain mouillé, puis des tomates et ensuite du mascarpone, recommencez jusqu’en haut de votre verrine. Mettre au frais 3 heures. Au moment de servir saupoudrez d’un peu de paprika.


Bon, le problème est qu’une fois que vous y avez gouté, il est impossible de ne pas refaire cette recette régulièrement… Si si je vous promets. Et comme dans sa version sucrée, elle est à manger avec modération.

lundi, juin 11, 2007

Rouges comme les fruits


Il faut en user et abuser… et je ne me gêne pas. Des desserts réalisés il y a quelque temps mais que je n’avais pas eu le temps de publier.



Cake aux fruits rouges
Pour une petite fille qui adore les fruits, rouges de préférence et qui découvrait Paris pour la première fois. C’est ma nièce de 5 ans et elle s’appelle Lou.

Encore une recette de Cakes Maison d’Ilona Chovancova
100 g de farine complète
100 g de farine blanche
1 paquet de levure incorporée
1 pincée de bicarbonate de soude
1 yaourt nature
120 g de cassonade
3 œufs
80 g de beurre fondu (salé pour moi)
300 g de fruits rouges (mélange Picard pour moi)

Battre les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange double de volume et devienne mousseux.
Ajoutez ensuite au fur et à mesure, la farine avec la levure et le bicarbonate, le beurre fondu, le yaourt nature. Incorporez avec précaution les fruits rouges et essayez de ne pas trop les écrasez en les mélangeant à la pate.
Mettre au four pour 50 minutes. Attendre que le cake soit tiède pour le démouler.




Muffins aux fraises et au chocolat blanc
Un classique de saison dans lequel vous pouvez remplacer les fraises par des framboises, des mûres ou des myrtilles.
pour 14 muffins
300 g de farine à levure incoporée
1 pincée de sel
150g de sucre semoule (j’avais mis100g de sucre mais cela n’était pas suffisant)
25 cl de yaourt ou fromage blanc bio battu
2 gros oeufs
80 g de beurre
150 g de fraises coupées en morceaux
110 g de chocolat blanc, coupé en petit morceaux

Préchauffez votre four à 180°C.
Tamisez la farine avec le sel, et le sucre. Rajoutez le chocolat blanc.
Mélangez ensemble, le beurre fondu, le fromage blanc et les œufs. Incorporez cette pate liquide au mélange de farine en cessant de remuer dès que la pâte est homogène : en évitant de trop travailler la pâte, les muffins seront tendres et aérés. Remplissez des moules à muffins au 1/3 de leur hauteur. Ajoutez une fraise coupée en 4 morceaux et recouvrez grossièrement de pâte. Pas la peine de remplir en totalité le moule Faites cuire les muffins environ 25 minutes, à 180°.




Enfin ma salade de fraises préférée du moment :
1 belle barquette de fraises, quelques feuilles de coriandre ciselées et une cuillère à soupe de sirop de fleur de sureau. A manger sans faim, très frais.Si vous êtes gourmand vous pouvez grignoter un bon sablé breton pour l’accompagner.


Voilà j’étais à Annecy ce week-end, j’ai ramassé des framboises et des groseilles, rapporté des pommes de terre nouvelles, offert à ma mère des graines de carottes jaunes ouzbeks (déjà plantées dans l’énorme potager), bref le bonheur en Haute-Savoie…

mercredi, juin 06, 2007

Risotto léger au safran et courgettes



J’adore le riz. Plus que les pâtes. J’adore l’Italie. J’adore donc le risotto ou les risottos. Une petite recette trouvée dans le Saveurs de ce mois-ci avec un article consacré au précieux riz Arborio ou Carnaroli. J’ai donc appris que le risotto ne devait pas cuire plus de 18 minutes selon les mammas italiennes.
L’avantage de cette recette est qu’elle ne comporte ni beurre ni crème ! mais il faut un bon vin blanc et un riz de qualité pour conserver de l’onctuosité.
J’utilise un safran acheté en Inde l’année dernière : il a un très bon goût safrané mais malheureusement il ne colore pas beaucoup en jaune les aliments. Je ne sais pas pourquoi. C’est dommage car la couleur participe aussi au goût.

Risotto au safran et courgettes
Pour 2 personnes (pour 4 personnes vous rapprocher du Saveurs)
1 courgette
1/2 oignon
1 verre de vin blanc
150 g de riz arborio
3/4 l de bouillon de volaille chaud avec une dose de safran
2 CAS de parmesan
1 CAS d’huile d’olive

Faites revenir dans l’huile d’olive, la courgette coupée en morceaux et l’oignon finement émincé. Rajoutez le riz. Dès que le riz est translucide, versez le vin blanc sans cesser de remuer. Au bout de 3 minutes d’ébullition, rajouter le bouillon très chaud au fur et à mesure. Sans cesser de remuer, laissez cuire 18 minutes. Au dernier moment rajoutez le parmesan rapé, le sel et le poivre. Laissez reposer 2 minutes (sous un couvercle) avant de servir.
Pour le service, vous pouvez proposer un filet d’huile d’olive et un supplément de parmesan pour ceux qui le souhaitent.



A déguster à Sorrente par exemple
Viva Italia

samedi, juin 02, 2007

Tartare au saumon et à l'orange- vinaigrette au tamarin



Je me suis rendue compte qu’il n’y avait qu’une seule recette de poisson sur mon blog. Ce n’est pas représentatif de ce que je mange car je mange assez régulièrement du poisson : je boycotte le thon rouge et le cabillaud (alors que je les adore mais ces espèces menacent de disparaître) et la perche du Nil (le Cauchemar de Darwin a laissé quelques traces). J’essaie de ne manger que du poissons d’élévage.
Je n’aime pas trop quand on voit le poisson dans son entier car j’ai du mal à manger un animal dont je vois les yeux… c’est bête mais ce n’est pas possible. Alors qu’un petit filet déjà levé, tout simple avec un trait d’huile d’olive, du citron…
J’adore aussi la soupe de poissons et les poissons fumés de Scandinavie.

Je profite du week-end pour tester une nouvelle recette avec du saumon, pêchée sur le site de Station Gourmande dont j’admire le magnifique travail et qui va nous quitter pour un séjour longue durée au Cambodge. Je suis sûre que nous retrouverons son travail sur son site très vite. Sa recette m’a permis de goûter la pâte de tamarin, acide et sucrée, indispensable à la confection des chutneys et des préparations indiennes aigres-douces. Il faut la délayer avant de l’utiliser
Et comme ce tartare se sert avec des oranges, je retrouve là mon penchant naturel pour les agrumes.
Je ne vous recopie pas la recette – vous la trouverez ici.


Ce tartare se sert ultra-frais. Rafraichissant et acidulé avec un léger gout de coco grillée. Je n’arrive pas à reconnaître la saveur du tamarin dans la vinaigrette mais ces associations de saveurs me plaisent beaucoup.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails