dimanche, mars 28, 2010

Crème au chocolat blanc, chantilly à l'orange sanguine et son biscotti aux pignons









Le KKVKVK 34 nouveau comme le printemps est lancé sur le thème des crèmes, mousse et espumas. Toutes les infos sur le blog de Céline, la précédente gagnante. Les idées sont innombrables pour ce type de thème car on peut aussi bien réaliser des mousses salées que sucrées et aller vers les originalités les plus folles. Je suis restée très classique et de saison en utilisant des orange sanguines que l’on trouve encore sur les étals et du chocolat blanc qui annonce les fêtes de Pâques.


Je vous présente une crème au chocolat blanc, fine couche de gavottes et chantilly à l’orange sanguine. Avec les zestes des oranges, de jolis biscottis aux pignons et pistaches rajoutent du croquant pour les accompagner.


Crème au chocolat blanc

pour 2 personnes

20 cl de lait entier

1 feuille de gélatine

70 g de chocolat blanc

1 ou 2 gavottes

Faites ramollir la feuille de gélatine dans de l’eau froide. Faites bouillir le lait. Eteindre le feu et versez le chocolat blanc que vous aurez préalablement rapé. Rajoutez la gélatine essorée et fouettez vivement le mélange. Versez dans des verres ou coupelles. Avant de servir recouvrir de miettes de crèpes gavotte ou crêpes dentelles.



Chantilly à l’orange sanguine

Pour un siphon de 50 cl

20 cl de crème liquide

10 cl de jus d’orange sanguine

2 cuillères à soupe rase de sucre glace

Versez les ingrédients dans le siphon. Secouez bien. Fermez et rajoutez une cartouche de gaze. Secouez. Mettez au frigo pour 1 heure au moins, le siphon doit avoir la tête en bas. Bien agiter avant de servir sur votre crème au chocolat blanc.



Pour les accompagner, de jolis biscottis que vous pouvez faire également juste pour accompagner le café. Je les adore.



Biscottis aux pignons et zestes d’orange

300 g de farine à levure incorporée

130 g de pignons de pin légèrement grilles à la poêle sans matière grasse

50 g de pistaches vertes non salées

3 zestes d’oranges sanguines

130 g de sucre brun

1 bouchon de Grand Marnier

2 œufs légèrement battus

Préchauffez votre four à 160°C. Mélangez farine, sucre, pignons, zestes et pistaches. Quand le mélange est fait, rajoutez les œufs et la ligqueur et amalgamez en une boule. Sur votre plan de travail légèrement fariné, pétrissez votre pâte pour bien en chasser l’air. Faites deux gros boudins de pâte de 15 cm de long environ. Enfournez pour 30 minutes. Sortez vos deux morceaux de pâtes cuites et laissez refroidir. Avec un couteau bien aiguisé, coupez des tranches fines et remettez-les au four pour 6 à 7 minutes afin de sécher les tranches et de les faire dorer légèrement. Vous pouvez les conserver dans une boite en fer plusieurs jours.





Voilà donc ma participation rapide au KKVKVK avant de partir pour les fêtes à Annecy.


Autre recette avec des oranges sanguines sur ce blog

Bloody orange cake


Autre recette de biscottis sur ce blog

Biscottis aux amandes et grains de café


Prochain post, enfin le compte-rendu au Grand Vefour, tout arrive. Bonne fêtes de Pâques.


dimanche, mars 21, 2010

Hamburger Savoyard







Vous avez peut-être entendu parler du concours sur le Reblochon organisé par l’agence Clair de lune pour faire découvrir ce fromage, un des plus vieux AOC de France. Je vous renvoie sur leur site pour plus d’info.





Comme vous le savez je suis de la région d’Annecy mais côté Ouest et non côté Aravis. Cela n’empêche que le Reblochon est un fromage que je mange depuis ma naissance même si je lui préfère une vieille tomme de Savoie ou un Beaufort. Je ne suis pas très fan des tartiflettes. Je préfère le manger avec un morceau de pain de campagne légèrement grillé et une salade d’herbes.





Quand il est parfaitement affiné, c’est un régal crémeux. Je ne voulais pas participer à ce concours, mais en voyant un paquet de polenta, je me suis dit que ce serait rigolo de revisiter le hamburger avec une Savoie ‘s Touch.
En fait c’est devenu un joyeux mélange où l’on retrouve toutes les racines de la Savoie jusqu’à ses frontières jurasiennes et italiennes.




Au départ je souhaitais utiliser une saucisse d’herbes pour remplacer le bœuf. Cette saucisse est composée à part égale de légumes verts, de porc avec une touché d’eau de vie; je n’en ai pas trouvé. J’ai finalement pensé à ma saucisse préférée. Celle au chou du Jura.



C’est une variation de la célèbre saucisse de Morteau. Elles sont fabriquées de la même façon, avec des choux frais, pendant les trois mois d’hiver. Le boyau rempli de farce de saucisse mélangée à du chou ciselé très finement est fumé dans une cheminée. Elle doit se consommer dans les 5 à 6 jours qui suivent sa fabrication, ceci afin d'éviter tout risque de fermentation du chou. Elle se fait cuire une heure, sans être piquée, et se déguste en plat unique, accompagnée de salade verte et de pommes de terre. Un régal de simplicité.




Hamburger savoyard
Pour 4 petits hamburgers
200 g de polenta cuite
une saucisse de chou
1 oignon rouge
1/2 reblochon fermier affiné
jeunes pousses de salade

Préparez votre polenta en suivant les recommandations sur le paquet (de l’eau, de la polenta, sel, et beurre). Coulez votre polenta dans un plat sur une couche de 1 cm maximum. Quand elle est froide découpez des ronds à l’emporte pièce d’une diamètre de 5/6 cm environ.
Faites cuire votre saucisse de chou dans un grand volume d’eau. Quand elle est cuite, égouttez la. Enlevez la peau et réservez la chaud
Faite revenir vos disques de polenta à la poêle avec un peu de beurre. Quand ils sont bien dorés. Arrêtez la cuisson.
Ouvrez votre reblochon en deux et enlever la peau. Coupez à l’emporte pièce des disques de même format que les disques de polenta.
Montez vos hamburgers.
Placez un disque de polenta, 1 disque d’oignon rouge, 2 disques de saucisses au chou, 1 disque de reblochon, quelques feuilles de salade et le dernier disque de polenta, quelques grains de sésame. Dégustez bien chaud.






Photo flickr Anatoli73

Si vous ne connaissez pas le reblochon je vous engage à goûter ce fromage, de préférence fermier. Nos braves vaches travaillent bien tout l'été à l'alpage pour en faire le Prince des Aravis.

Autres recettes savoyardes revues:

mardi, mars 09, 2010

Croustillant aux pommes de Grazia



Pas de pâte filo ou feuille de brick dans ce dessert. Uniquement des flocons d’avoine, de la cassonnade, des amandes et des épices. Une belle crème fouettée à l’amaretto pour l’accompagner et voici le dessert rustique revu par le magazine Grazia… on trouve des recettes sympa partout quand on cherche bien, non ?


Croustillant aux pommes de Grazia
Pour 4 personnes
1 grosse pomme (ou 2 petites)
100g de cassonnade
100 g de beurre
4 cuillère à soupe de crème fraiche entière
75 g de chapelure maison (reste de pain rassis passé au mixer)
50g de flocons d'avoine
75 g d’amandes mondées cassées en petits éclats et dorées à la poêle
1/2 cuillère à café de 4 épices (ou cannelle)
Préchauffez le four à 200°C. Dans une casserole, mettez à chauffer la crème liquide et le beurre. Quand le beurre est fondu, rajoutez la cassonade, la chapelure, les amandes, les flocons d’avoine et le 4 épices. Répartissez un tiers de cette préparations dans 4 moules (type gros muffin ou moule à dariole). Coupez votre pommes en fines lamelles. Disposez ensuite une rangée de pomme, répartissez à nouveau le mélange des flocons, ensuite des pommes, etc. Finissez par les flocons. Placez au four pour 20 minutes environ. Le dessus doit être doré et croustillant. Servez tiède avec une crème fouettée nature ou aromatisée à l’amaretto et sirop d’érable.
Rustique, je vous dis mais totalement irrésistible… Gracié Grazia.





Pour finir ce post, deux coups de gueule :
Premièrement, je suis fatiguée de voir de nombreux bloggeurs culinaires ne pas citer leurs sources, que ce soit des livres, des magazines ou d’autres blogs. Faire croire que l’on est l’auteur d’une recette que l’on vient de prendre sur un site Internet ou dans le livre d’un chef, et en récolter les félicitations, ce n’est pas très sain et juste. Et je ne parle pas de plagiat qui pour le coup est condamnable. Bravo donc aux blogs qui inventent ou réinterprétent des recettes existantes. Ils sont rares et cela mérite d’être souligné.
En second lieu, tous ces classements des blogs culinaires complétement bidons me font aussi un peu pitié. Quel est l’intérêt ? tous les blogs sont différents, certains sont novateurs et ont une vraie réflexion sur la gastronomie, d’autres comme le mien sont plus dans une dynamique de partages d’expériences gastronomiques…Mais en France on catalogue tout et n’importe quoi. Les seuls gagnants ne sont finalement les organisateurs de ces classements qui récoltent les pépettes …


Couvrez-vous, il fait froid cette semaine.

mercredi, mars 03, 2010

Avec une pâte feuilletée, pistache, nougatine et poivre





Retour sur terre après les firmaments gastronomiques… et deux façons de décliner une pâte feuilletée, en entrée dans une quiche, en dessert, dans un mille-feuilles.




Commençons par la quiche. Après l’avoir vue sur plusieurs blogs notamment ici, je me suis décidée à acheter le livre de Simona Restivo, sicilienne d’origine et ambassadrice des merveilleuses pistaches de Bronte qui poussent à l’ombre de l’Etna.




Elle décline en salé et en sucré milles variations autour de la pistache, de son huile, de sa poudre ou de sa pâte. Quelques exemples : une simple purée de pomme de terre muscade et pistaches, des courgettes à la cannelle et à la pistache, des dés de porc au beurre de pistaches, ou des st-jacques gratinées, des petits pains à la pistache, et pour les desserts : crème absolument pistache, glace macaron, granité et crumble.


J’étais intriguée surtout par l’utilisation de la pâte de pistache dans un appareil à quiche salée mais finalement c’est bon, un poil écoeurant à cause du mascarpone entre autre. Je la referai probablement avec une crème de soja ou du lait pour plus de légèreté.

Quiche crémeuse au mascarpone et pistaches
Pour une quiche de 18 cm de diamètre (3/4 personnes)
1 pâte feuilletée maison ou achetée (pur beurre de préférence)
100g de mascarpone
1 œuf
70 g de lardons fumés
50 g de pistaches vertes non salées
1 cuillère à soupe de poudre de pistaches
3 cuillères de lait
50g de parmesan
1 bonne cuillère de pâte à pistaches
muscade
poivre et sel

Dans la recette d’origine, Simona utilise une pâte brisée pré-cuite pendant 15 minutes et recuite avec l’appareil à quiche. Avec la pâte feuilletée une seule cuisson est nécessaire.
Faites revenir dans une poêle, les lardons avec les pistaches. Quand ils sont dorés, mettez les de côté en les dégraissant le plus possible.
Mélangez œuf, mascarpone, pâte de pistaches, lait, une pointe de muscade, poivre et un peu de sel (si vos lardons sont très salés, ne pas trop saler l’appareil à quiche).
Préparez votre fond de pâte en piquant le fond. Disposez vos lardons et pistaches. Versez l’appareil à quiche, saupoudrez du parmesan et de la poudre d’amandes.
Faites cuire à four chaud (180°c) pendant 25 minutes environ.
Servez très chaud avec une salade.






Comme il me restait des chutes de pâte feuilletée, j’ai vite rebondi sur une recette parue en dernière page de la Newsletter de Picard Surgelés. Feuilletage, chocolat et nougatine saupoudrés de poivre Cubèbe ou poivre à queue. Le cubèbe est un poivre caractéristique de la cuisine indonésienne, c'est aussi l'un des composants du Ras-el-hanout maghrébin. Il possède un arôme chaud, évoquant la térébenthine; il est aussi légèrement amer et piquant.
C’est un poivre que j’aime beaucoup.


J'ai copié collé la recette d’origine sauf que je l’ai adoptée pour deux personnes et que j'ai utilisé une mousse au chocolat de bonne qualité mais de grande distribution. Je n’avais pas envie de faire une mousse au chocolat pour une si petite quantité.

Carrés au chocolat, nougatine et poivre Cubèbe
Pour 6 personnes. 1 pâte feuilletée de bonne qualité
. 1 boîte de mélange apéritif Picard
. 1 pot de mousse au chocolat.
. 2 cuil. à café de poivre Cubèbe
. 4 cuil. à soupe de sucre cassonade ou vergeoise en poudre,
. 1 cuil. à soupe de miel liquide,
. 50 g de chocolat pâtissier,
. 10 g de beurre.

Étalez la pâte trés finement et coupez 12 carrés de 7 cm sur 7. Piquez-les avec une fourchette. Enfournez-les sur une plaque à pâtisserie et laissez cuire 15 à 20 minutes.
À mi-cuisson, déposez sur les feuilletés une grille de four couverte d’une feuille de papier cuisson tout en continuant la cuisson, pour éviter que la pâte monte.
Pendant ce temps, faites fondre le chocolat, ajoutez le beurre en pommade et réservez. Concassez grossièrement au couteau le mélange apéritif (ou passez le rapidement au mixer)
Versez le miel dans une poêle avec 2 cuil. à soupe de sucre vergeoise et 2 cuil. à soupe d’eau et laissez réduire jusqu’à obtenir une consistance sirupeuse de caramel brun.
Versez le mélange apéritif concassé dans le caramel, enrobez-le puis étalez-le bien à plat, au rouleau à pâtisserie entre deux feuilles de papier cuisson et laissez tiédir. Découpez au couteau 6 carrés de 7 cm sur 7.
Montage des carrés : sur un carré de feuilletage, déposez une cuil. à café de mousse au chocolat puis un carré de nougatine en pressant légèrement, une autre cuil. à café de mousse au chocolat puis terminez par le carré de feuilletage en pressant légèrement. Ajoutez une cuil. à soupe de chocolat fondu et nappez le carré uniformément comme pour faire un glaçage. Mélangez 2 cuil. à café de poivre moulu et de sucre vergeoise. Saupoudrez-en chaque petit carré et laissez refroidir.




Très simple notamment la nougatine que je pensais plus difficile à réaliser. Et l'association du poivre et du chocolat n'est plus à faire. J'avais déjà testé un cake au chocolat, basilic et poivre.

Et puis tout ce vert pistache appelle déjà le printemps.

Pause musicale :
Je suis toujours hyper fan de mes chouchous irlandais Two door cinema club, vu en concert au Nouveau Casino la semaine dernière (vous connaissez le nouvel habillage musical du Crédit Agricole et bien ce sont eux), leur disque passe en bouche à la maison et au bureau. C'est frais et ce sont de vrais bons musiciens sur scène. J'ai déjà réservé pour le prochain concert en juin à la Cigale. Mais en attendant le dernier clip de Gorillaz...


Bon anniversaire à Marc. Bises

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails