dimanche, mai 29, 2011

Des sardines pour un concours et un clafoutis cerise/anis

Article écrit et réalisé par Very Easy Kitchen





Lorsque j’ai vu que l’on pouvait gagner une journée à l’Air du Temps de Sang Hoon Degeimbre, j’ai tout de suite su que je participerai à ce concours organisé en association avec Les Casseroles pertinentes. Mais il a fallu que j’attende le dernier jour pour proposer ma recette. L’objectif est d’associer un poisson bleu (hareng, sardine, maquereau,...) et la poitrine de porc dans une recette pour 4 personnes sans dépasser les 20 euros. Il faut si possible utiliser une race de porc locale. Habitant Paris, la race de porc locale je la cherche encore...mais en ce qui concerne les marées, nous avons de belles poissonneries. 
J’ai donc choisi de pocher une belle tranche de poitrine de porc dans un bouillon de légumes, de la découper ensuite en tranches et de la faire dorer rapidement avec quelques gouttes de sauce mirin. Pour l’accompagner un condiment sardines grillées/persil de la mer. Une recette simple peu onéreuse que l’on peut associer à un légume ou un féculent.




Le persil de la mer est un mélange de deux algues : la dulse et la laitue de la mer. J’ai acheté mon paquet de persil de la mer à Guérande la semaine dernière mais on le trouve sur le net chez Algoplus par exemple. 







L’idée était de faire une espèce de Furikake mais pas déshydraté (le furikake est un mélange japonais de poisson et d’ingrédients déshydratés comme de la bonite, sardine ou des crevette avec de l’oeuf, des graines de sésames, des algues). Il se saupoudre sur le riz ou les légumes. Il ramène surtout dans le plat une note iodée intéressante avec le porc.
Poitrine de porc pochée, grillée et son condiment sardine/persil de la mer.
Pour 4 personnes
500g de poitrine de porc bio fraiche (environ 6 euros)
300g de sardines en filet (environ 4 euros) préparés par le poissonnier.
Persil de la mer (un paquet de 50g coûte 5 euros, j’en ai utilisé un quart environ soit 1,20 euro)
Une botte d'asperges vertes (environ 5 euros)
1 cube de bouillon de légumes
2 petites cuillères d’huile d’olive
1/2 citron jaune
quelques gouttes de sauce mirin
des graines de sésame blanc et noir (sésame mix de chez Tanushi par exemple)


Faites pocher la poitrine de porc dans un bouillon de légumes préparé avec de vrais légumes si vous avez le temps sinon avec un bouillon cube. Votre viande doit cuire à feu doux environ environ 45 à 60 minutes pour 500 g de viande. Laissez-la refroidir dans le bouillon avant de la sortir du plat. Vous pouvez la préparer la veille.
Le lendemain, faites cuire les filets de sardine à la plancha ou au grill. Les filets cuisent très rapidement. Placez les dans un plat et émiettez les sardines en les mélangeant avec le persil de la mer, les grains de sésame, une cuillère d'huile d'olive, un demi jus de citron jaune, de la fleur de sel. Vous obtenez un condiment qui sent terriblement l'iode avec une légère acidité amené par le citron.
Epluchez vos asperges et faites les cuire à la vapeur. Ne pas les cuire complètement car elles vont finir de cuire au grill. Passez les au grill chaud pour les brûler légèrement.
Coupez la poitrine de porc en tranches d'environ 1 cm. Faites la griller rapidement dans la poêle avec quelques gouttes de mirin (saké très doux qui sert à l'assaisonnement) qui va lui donner une jolie couleur dorée et légèrement caramélisée. Rectifiez l'assaisonnement : fleur de sel et poivre noir.
Servez les tranches de poitrine avec les asperges et une cuillère de condiment sardines/persil de la mer.
Pour accompagner du riz blanc ou de belles asperges vertes comme ce que j’ai fait.




Et en dessert, un clafoutis.
Tout le monde connait les associations cerise/ amandes ou cerise/pistache. Excellentes en clafoutis ou en tartes. Cependant l’association cerise et anis est moins connue mais tout aussi intéressante. Il suffit de mettre un tout petit verre de pastis ou d’ouzo dans votre pâte à clafoutis, quelques grains de fenouil et vous surprendrez les papilles de vos amis. 
Quant à la question noyaux ou pas, j’ai tendance à préférer sans.
Clafoutis cerise et anis
pour 4 personnes
300 g de cerises
2 oeufs entier
30 ml de crème liquide 
20 ml de lait
40 g de beurre fondu
2 grosses cuillères à soupe de sucre brun (j'aime les desserts peu sucrés mais vous pouvez rajouter une cuillère si nécessaire).
2 grosses cuillères à soupe de farine de blé
1 gros bouchon de pastis ou d’ouzo
Quelques graines de fenouil 
Beurrez largement un plat allant au four. Saupoudrez d'un peu de sucre. Placez dans le plat vos cerises dénoyautées ou non. Dans un plat, mélangez tous les autre ingrédients ensemble et mélangez bien votre pâte qui doit être bien lisse. Versez sur les cerises et mettez à four chaud pour 20 à 30 minutes selon la profondeur de votre plat. Plus le plat est profond et plus la cuisson sera longue. Sortez du four et saupoudrez d'un voile de sucre glace.

Source : Elle à table.


N'oubliez pas que vous pouvez encore voter pour moi au concours de Madame Figaro jusqu'à dimanche prochain.
Le lien est en haut de la colonne de droite

Et pour finir un morceau de Metronomy (je rate leur concert de juillet mais je compte bien me rattraper en novembre à l'Olympia). 


jeudi, mai 19, 2011

Bruschettas et un Willy pas si perdu que ça à Boulogne


Article écrit et réalisé par Very Easy Kitchen





Désolée de vous proposer encore de la cuisine rapide, mais n’étant pas disponible les week-ends, les repas sont plutôt rapides en semaine. Je me suis rendue compte que je n’avais pas fait de vraies courses depuis un mois. C’est donc plus Very Quick Kitchen que Very Easy... Cela devrait redevenir à la normale d'ici une grosse semaine.

Histoire de manger correctement : un peu de pain, des légumes et un morceau de fromage, finalement c’était le repas du soir de beaucoup de familles pendant longtemps et cela reste encore quotidien pour beaucoup.




La bruschetta est une tartine version italienne, du pain toasté frotté à l’huile d’olive, avec un peu d’ail, des dés de tomates... ensuite on associe au choix du fromage, des légumes, du jambon. Ici quelques asperges vertes et des copeaux de Stilton ramené du Kent en avril. Pas d’ail pour ne pas tuer l’asperge. Simple, non ?







Bruschettas aux asperges et Stilton
Pour 2 personnes
2 belles tranches de pain à votre convenance légèrement toasté
4 asperges vertes légèrement cuites (un peu croquantes c’est bien)
2 belles tomates coupées en petits dés (si possible pelées)
2 petites cuillères d’huile d’olive
quelques gouttes de vinaigre balsamique
sel et poivre


Mélangez les dés de tomates avec l’huile d’olive et quelques gouttes de vinaigre balsamique. Faites cuire vos asperges. Attention à les garder légèrement croquantes, les miennes étaient trop cuites.
Toastez le pain. Placez sur chaque tranche, les dès de tomates et les morceaux d’asperges. Décorez avec des copeaux de Stilton, un peu de fleur de sel et du poivre.


A la place du Stilton vous pouvez envisager un fromage italien comme le gorgonzola.






Si vous souhaitez de la cuisine plus réfléchie et évoluée,  suivez moi aux Lundis de Fulgurances avec Vilhjalmur Sigurdarson, dit Willy et second de Kobe Desramault chez In de Wulf.
Je vous rappelle le concept, Fulgurances ouvre ses portes à un Chef en second dans un grand restaurant. Après Sam Miller, second du Noma qui a ouvert le bal en 2010, cette édition mettait à nouveau à l’honneur la cuisine du Nord de l’Europe. Même si Willy est islandais, il travaille avec Kobe des produits du terroir Belge. Si les fraises venaient de Dranouter en revanche les roses, elles étaient de Boulogne.
(les photos ne sont pas terribles car il faisait très sombre dans l'espace où nous étions, dommage car cela ne mettait pas en valeur les scénographies des assiettes).



Pour commencer : Maquereau, poireau et aneth : un jus d'aneth très concentré. Intéressant.




A suivre de jeunes betteraves, fromage de chèvre de Uxem : en plein dans le terroir mais pas très intéressant.



Asperges brûlées, jambon cru "homemade" feuilles de laurier : la vraie bonne idée du jambon rapé sur les asperges légèrement brülé. Etonnant et bon.




Oignons et variations : une douce saveur d'ail mais je ne me souviens plus vraiment de l'idée que Willy souhaitait faire passer avec ce plat.



Une belle pièce de chevreau  des Abbruzzes avec du blé cuit au lait de chèvre. Belle cuisson de la viande et une légère acidité du lait. C'est un trait commun à cette cuisine que l'on retrouve chez In de Wulf aussi.



On passe aux desserts . Quelques images de la mise en oeuvre des deux desserts.











Premier dessert : Yaourt, oseille et raifort. un des meilleurs plats du repas. Vif , piquant, étonnant.




Second dessert Fraises de Dranouter (le village où se trouve In de Wulf) juste cueillies accompagnées d'un crumble caramel et chocolat et de feuilles d'estragon.


Avec les plats, nous avons bu des vins sélectionnés par Retro Bottega (Pietro et Salvo) :

- un pétillant naturel extra brut Laurent Chatenay (Montlouis sur Loire) - très bien
- un vin blanc de Toscane : Vernaccia di San Gimignano Impronta Cori Bianco Capolemole - bien
- un Cerasuolo des Abruzzes Montepulciano Rosé au nez légèrement bouchonné.

Départ demain pour La Mare aux Oiseaux d'Eric Guérin. J'ai sorti les Hunter Boots pour la ballade dans les Marais. 

Si vous n'avez pas encore voté pour moi au Concours Blogueuse by Madame, suivez le lien en haut de la colonne de droite.

mardi, mai 10, 2011

Gnocchis au speck et à la sauge

Article écrit et réalisé par Very Easy Kitchen



Avril et mai sont des mois très remplis pour moi. Beaucoup de week-end en dehors de Paris, sous un soleil de plein été. Je n’ai pas beaucoup de temps pour fréquenter la blogosphère culinaire, participer aux concours ou aux ateliers que l’on me propose. Dommage car il y a des thèmes bien sympathiques.
Je rentre de 3 jours à Malte pour repartir à Annecy vendredi, avant un nouveau week-end que j’attend avec plaisir à la Mare aux oiseaux d’Eric Guérin. Quelques compte-rendus en retard aussi à venir : la fourchette du Printemps, la Gazetta ou les Lundis de Fulgurances avec Willy le second de Kobe Desramault chez In de Wulf.



Pas beaucoup de temps pour les courses non plus, donc j’exploite les fonds de placard pour des recettes rapides. La sauge est pleine croissance sur la terrasse. J’ai prélevé quelques feuilles pour cette recette.



Gnocchis au speck et à la sauge
Pour 4 personnes
500 g de gnocchis frais de pomme de terre (maison ou achetés)
4 belles tranches de speck
une dizaine de feuilles de sauge fraiche
1/4 de citron
40 g de beurre


Dans une grande casserole remplie d’eau bouillante salée, versez les gnocchis. Ils sont cuits quand ils remontent à la surface. Egouttez-les.
Dans une poêle faites griller les tranches de speck rapidement. Réservez les sur du papier absorbant. Cassez les tranches en gros morceaux.
Faites revenir les gnocchis rapidement dans 20 g de beurre.
Pendant ce temps, faites fondre le beurre restant avec un quart de jus de citron dans une petite casserole. Quand le beurre est fondu et devient noisette, coupez le feu et déposez les feuilles de sauge dans le beurre. Elles grillent légèrement. Enlevez les du beurre et posez les sur un papier absorbant
Servez les gnocchis très chauds avec les éclats de speck, la sauge et un tour de moulin à poivre.








J’espère avoir plus de temps en juin pour me consacrer à mon blog. Quelques images de Malte pour finir ce post ensoleillé.









----------------------------------------------------------------------------------
En attendant, n’hésitez pas à aller voter pour mon blog finaliste chez Blogueuses by 
Madame Figaro.

dimanche, mai 01, 2011

Very Easy Kitchen fait son festival - Concours Madame Figaro



Article écrit et réalisé par Very Easy Kitchen
Billet rédigé dans le cadre de la phase finale du concours de Madame Figaro sur le thème du Festival. Pour voter, suivez le lien : Madame Figaro.




__________________________________________________________________________________






Le moins que l’on puisse dire est que l’on ne mange pas beaucoup dans les films récompensés par une Palme d’Or.
On peut mourir dans la neige, habiter un village rigoriste du Nord de la Prusse, faire une guerre inutile dans une jungle du Vietnam, s’ennuyer, vendre son enfant, avoir des visions, pactiser avec le diable, mais manger ne fait pas partie du script. Alors quand j’ai choisi de rechercher dans les Palmes d’or quelques traces de plats ou de nourriture, autant vous dire que je n’ai pas pris le versant le plus facile du Festival International du Film de Cannes.





Bon je n’ai pas vu toutes les Palme d’or … j’aurais peut-être dû, n’étant pas vraiment réputée pour mes connaissances cinématographiques. Le 64ème Festival va ouvrir ses portes, envahir nos écrans, nos magazines, Faye Dunaway photographiée par Jerry Schatzberg pose sur la très belle affiche officielle, Robert de Niro (acteur dans Taxi Driver Palme d’Or en 1976 et Mission 1986) est Président du Jury. Il n’y a plus qu’à dérouler le tapis rouge à défaut d’une belle nappe blanche.

Et nous on mange quoi en attendant les projections ?






Uma Thurman fait partie du jury 2011. Forcément on la revoit, chemise blanche cheveux noirs, cigarette à la main, devant son milkshake dans Pulp Fiction (Palme d’Or 1994), certainement le film récompensé qui parle le plus de nourriture. On se souvient du débat entre Jules et Brett sur le Royal with Cheese , le Big Kahuna Burger ou les blueberry pancakes.




Télécharger la recette

Et puis j’ai choisi un film que j’aime beaucoup, premier film de Soderbergh (plus jeune réalisateur récompensé par une Palme en 1989), Sex Lies and videotapes. Tourné à Baton Rouge en Louisiane (endroit où j’ai passé une journée décevante lors d’un voyage en Louisiane, oppressée par la langueur et la moiteur du Sud des Etats-Unis), ce film épuré et complexe évoque les travers d’une société matérialiste, coincée par son puritanisme et les mensonges dans lesquels quatre personnages s’enfoncent.











Graham (James Spader) revient dans sa ville natale et dîne chez un ancien camarade de classe John devenu avocat, marié à Ann (Andy McDowell), parfaite desperate housewife sudiste. La longue scène de retrouvailles se finit sur une salade de fraises nappée de crème fouettée.







Télécharger la recette


Graham reçoit la visite de Cynthia, sœur extravertie d’Ann et maîtresse de John, curieuse et féline. Dans une longue scène, elle se présente sensuellement à John jouant avec son verre de thé glacé, boisson symbolique avec le Bourbon du Sud profond.
Cette année, le Festival récompensera encore un nouveau film. Je garde un espoir qu'un jour naîtra de cette Palme, un film gourmand et gastronome.

---------------------------------------------------------

Les votes sont ouverts jusqu'au 5 juin sur Madame Figaro.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails