lundi, septembre 26, 2011

Bon pour un été indien brûlant : Egg Curry



Article écrit et réalisé par Very Easy Kitchen



Ceux qui en vacances cet été, ont subi la mauvaise météo, doivent se dire qu’il y a une certaine injustice. Nous avons une fois de plus un très beau mois de septembre et c’est tellement agréable.
Bon cela ne va pas sans quelques angines et nez qui coulent mais cette chaleur se mérite. Je vous présente aujourd’hui un plat qui n’est pas indien mais malaisien qui lui aussi va vous piquer le nez et faire pleurer vos yeux si vous avez la main trop lourde avec le sambal oelek sauce indonésienne à base de piment, sel, vinaigre et autres épices.




Un curry aux oeufs que vous pouvez faire pour un repas du soir ou pour un brunch. Cela change des oeufs brouillés ou des oeufs cocotte traditionnels et ce n’est pas très dur à faire une fois que vous avez réuni les ingrédients. Je ne suis pas très amie avec les oeufs que je digère difficilement (deux intoxications à mon actif notamment par des jaunes non cuits). Je ne mange que des oeufs de poule bio extra frais (tout autre oeuf y compris de poisson est immangeable pour moi) que je teste avant manger (je les plonge dans l’eau froide et s’ils remontent à la surface, ils ne sont plus très frais) et surtout j’évite de manger le jaune totalement cru. Pas de souci en revanche avec les oeufs incorporés à une préparation cuite.






Egg curry ou Sambal Telur 
Pour 4 personnes 
8 oeufs frais 
2 cuillères d’huile d’arachide 
4 échalotes 
4 tomates grappe pelées 
1 gousse d’ail émincée 
1 cuillère à thé de Sambal oelek (pâte de piment rouge que l’on peut trouver chez Suzy Wan) ou si vous ne trouvez pas, remplacez par deux cuillères à thé de curry rouge. 
4 cm de gingembre frais pelé et rapé 
1 cuillère à thé de graines de coriandre moulues 
1 cuillère à thé de graines de cumin moulues 
1 cuillère à thé de curcuma 
400 ml de lait de coco 
2 cuillère à thé de pâte de tamarin 
1 cuillère à thé de sucre de palme ou de sucre brun 



Vous pouvez préparer votre curry soit avec des oeufs durs soit avec des oeufs mollets. Vous pouvez les préparez à un peu à l’avance afin de gagner du temps. (9 minutes dans l’eau bouillante pour les oeufs durs et 6 minutes dans l’eau bouillante pour des oeufs mollets). 
Dans un wok, faites revenir les échalotes émincées dans un peu d’huile d’arachide avec l’ail et le gingembre pendant 1 minute. Ajoutez toutes les épices, le sambal oelek et ensuite les tomates coupées en cubes. Faites frire quelques minutes. Rajoutez ensuite le lait de coco, la pâte de tamarin et le sucre brun. Salez. Portez à ébullition afin de rendre votre curry bien homogène (cuire environ 5 minutes). Plongez vos oeufs dans le curry pour les réchauffez et servez aussitôt avec des pluches de coriandre et un peu de riz blanc. Je préfère pour ma part, quelques mouillettes de pain. 





Comme vous pouvez préparer les oeufs et la sauce en avance, ce plat se réchauffe facilement. Parfait pour un brunch car cela ne vous oblige pas à surveiller la cuisson des oeufs. Vous pouvez rajouter dans la sauce des dés d’aubergine ou aussi du céleri branche émincé, ainsi que des champignons.

J’ai trouvé cette recette dans l’excellent magazine Delicious de septembre 2011 (merci Laurent). Il existe aussi une version en ligne. J’ai annoté quelques recettes notamment des aubergines au miso à la japonaise ou une glace au yaourt à la citronnelle et basilic thaï ou encore une tarte Amaretto à tomber, presque aussi irrésistible que ce cheesecake praliné noisette de chez Berko.




Berko est terrible pour les amateurs de cheesecakes et cupcakes. Vous pouvez aussi imaginer en ligne le gâteau de vos rêves. Tout un programme.

PS ; je cherche un billet pour le concert de Coldplay le 14 décembre. Tous les billets ont été vendus en 30 minutes et je n'ai jamais réussi à me connecter pour en avoir un, tellement les sites de vente étaient overbookés... A bon entendeur.

dimanche, septembre 18, 2011

Cake au sésame noir, salade acidulée au crabe- le lundi de Toshiro et les vins en biodynamie



Je cherchais une recette qui puisse faire le lien entre les derniers beaux jours et les premières brumes de l’automne. On a encore envie de manger dehors d’un repas rapide pour profiter du soleil. J’ai trouvé cette recette de petits cakes au sésame noir accompagnés d’une salade acidulée au crabe dans le dernier Gala Goumand. L’association du sésame noir à la saveur chaude et de l’acidité du pamplemousse fonctionne très bien.




Cakes au sésame noir et salade acidulée au crabe
Pour 4 petits cakes
3 oeufs 
160 g de farine à levure incorporée
100 g de pâte de sésame noir (en épicerie japonaise)
30 g de beurre fondu
sel de guérande et poivre du moulin
Pour la salade
1 boite de chair de crabe
1 pamplemousse rose
1 cuillère de crème fraiche
ciboulette
sel et poivre


Préchauffez votre four à 180°C. Battez les oeufs avec la pâte de sésame noir. Rajoutez le beurre fondu et la farine. Salez et poivrez. Versez dans des moules à cake individuels. Faites cuire environ 25/30 minutes au four. Démoulez les cakes quand ils sont tièdes. Préparez la salade en mélangeant la chair de crabe avec des morceaux de chair de pamplemousse que vous aurez pelé à vif, et la cuillère de crème fraiche. Rajoutez la ciboulette émincée, et rectifiez l’assaisonnement. Pour servir, coupez la tête de vos cakes et creusez les légèrement. Remplissez l’intérieur avec la salade acidulée. Servez comme un plat complet pour un déjeuner léger.




Nous poursuivons l’aventure des Lundis de Fulgurances organisé par Hugo et Sophie au Kitchen Studio de Boulogne.
La dernière édition nous emmenait encore en Belgique avec le second de L’air du Temps dirigé par Sang Hoon Degeimbre, Toshiro Fujii. On commence à reconnaitre quelques visages. Cela devient vite un rendez-vous d’habitués.
Voir le Lundi de Toshiro

Quelques plats intéressants, la mise en bouche Eau de Sakura, fraiche et floral en bouche, l’association du foie gras (français) , de l’anguille fumée (si typiquement belge) et la sauce ponzu (purement japonaise), traits d’union de la cuisine de ce soir. Maquereau, tomate et fleur de capucine. Chou et poutargue. Mais toujours cette cuisine à la pince à épiler qui est très esthétique mais trop attendue...trop artistique pour être vivante. A trop vouloir sublimer le produit on arrive parfois à ne plus le cuisiner mais à l'assembler à d'autres produits afin de voir les interactions possibles. Ce serait un défaut commun à cette cuisine dite du Nord.

L’équipe de l’Air du Temps est présente derrière Toshiro alors que Sang Hoon profite de la soirée accompagné de son plus fidèle client : près de 500 visites chez le chef ! Le jardinier en chef Ben est lui aussi présent, tous les légumes viennent du jardin du restaurant.






Les plats étaient accompagnés par des vins sélectionnés par Wouter de Bakker, sommelier belge, qui nous a proposé des vins natures ou produits en biodynamie. Je n’arrive pas pour l’instant à apprécier ces vins, et ce fut l’objet d’une discussion intéressante avec Laurent des GoT.

Ces vins renaissent de l’idée de révéler les terroirs, de ne plus utiliser de produits chimiques mais uniquement des levures naturelles présentent sur les grains de raisins pour la fermentation. Mon goût est formé aux vins conventionnels contemporains dans lesquels sont parfois rajoutées des levures aromatiques qui artificiellement «fabriquent» des vins aux notes florales, épicées ou fruitées sensées plaire au plus grand nombre et surtout aux critiques. Au final ce sont des vins très minéraux, très vifs et francs et surtout très différents les uns des autres. Impossible de confondre un terroir avec un autre.
Cette culture du vin en biodynamie semble être la voie dans laquelle de nombreux producteurs s’engouffrent (5% des producteurs actuellement) afin de créer des vins avec une vraie identité, respectueux de leur environnement et du consommateur. Ce sont aussi des vins qui se gardent mieux que des vins artificiellement travaillés. Affaire à suivre car la biodynamie semble être la voie de la viticulture de demain. Un article intéressant à lire, et aussi celui remarquable d'Eric du blog Boire Manger ,  quant à moi qui ne suis pas une grande amatrice de vins, toute ma ré-éducation reste à faire.

Allez pour finir un petit morceau de The Horrors, groupe que je découvre seulement maintenant et qui sait retenir le meilleur des 80's.







LinkWithin

Related Posts with Thumbnails