jeudi, juillet 14, 2016

Philly Cheesesteak Sandwich

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen







Pour tout vous dire ce sandwich a été réalisé au moment où les températures fraiches sur Paris incitaient plus à manger chaud et dense que liquide et frais.

En ce jour de fête nationale, je trouvais bien finalement de proposer autre chose qu'un plat français.

Presque toutes les villes américaines ont leur plat emblématique, le Mac&Cheese new-yorkais, le Bulkie Roll à Boston par exemple ou la Deep Dish Pizza à Chicago. A Philadelphie, c’est un sandwich au steak et au fromage qui fait la réputation de la ville. L’histoire raconte qu’il a été inventé dans les années 30 à partir du pain à hot-dog. Pat et Harry Olivieri souhaitant innover et proposer un nouveau sandwich, décidèrent d’y mettre du steak émincé et de l’oignon grillé. A ce moment nul fromage qui en fait la réputation aujourd’hui mais les deux compères innovent à nouveau en y intégrant du Provolone, origines italiennes obligent. Le sandwich commença à avoir tellement de succès que beaucoup de restaurants se l’approprièrent en proposant des variantes. Désormais le Philly Cheesesteak est incontournable dans tous les restaurants de la ville. Si vous y avez gouté, merci de me dire ce que vous en avez pensé.

Comme j’aime bien gouter aux histoires, j’ai décidé de me lancer dans la réalisation d’une variation très courante avec des poivrons et du cheddar fondu (au lieu du Provolone). Je l’ai totalement francisé en utilisant un pain de campagne au levain et du piment d’Espelette plutôt que du piment classique. Un petit splash de vin rouge pour cuire la viande, pour finir l'histoire …
Je me suis inspirée d’une recette de The Pioneer Woman






Philly cheesesteak sandwich
pour 2 sandwiches
1/2 poivron rouge
1/2 poivron vert
200 g de steak (rumsteak) ou de rosbeef
3 cuillères à soupe de vin rouge
1 oignon jaune émincé
60 g de cheddar jeune
2 cuillères de Philadelphia cream cheese
30 g de beurre doux
1 pincée de piment d’Espelette

Emincez le boeuf en fins morceaux. Faites les revenir à la poêle avec le beurre. Déglacez au vin rouge. Poivrez et salez légèrement avant de réserver. Attention à ne pas les surcuire.
Coupez en lanières les poivrons. Faites les revenir et cuire dans la même poêle. Ils doivent être bien tendres. Les poivrons s’imprègnent du jus de viande.
Salez légèrement et réservez les.
Faites revenir les rondelles d’oignon également dans la poêle. De la même manière ils doivent être cuits et légèrement grillés. Réservez les
Dans une casserole à feu doux, faites fondre le cheddar avec le Philadelphia, le piment d’Espelette et une pincée de poivre. Quand le mélange est fondu, réservez également.
Deux solutions pour les tranches de pain grillé : 
La version fat  à l'américaine : vous les faites revenir dans un peu de beurre fondu (c’est bon mais c’est gras) et la version light : vous les passez au grille-pain. Attention à ne pas trop les dessécher. Elles doivent être dorées à l’extérieur et tendres à l’intérieur.
Vous n’avez plus qu’à monter le sandwich : pain, steak, oignon, poivron, que vous nappez généreusement de fromage fondu avant de refermer avec la seconde tranche.





Miam. C’est bon parfois de tester des histoires de terroir surtout quand elles ne sont pas de chez nous.

jeudi, juillet 07, 2016

Glace au chocolat blanc amande et abricots

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen




Dans la liste des produits sur lesquels je louche depuis plusieurs mois, figure la dernière nouveauté de Nestlé Dessert : un chocolat blanc amande au packaging vert. Je ne mange pas de chocolat blanc que je trouve trop sucré mais la délicieuse note d’amande que je pouvais pressentir me tentait bien. Surtout avec des abricots dont c’est la pleine saison. L’acidité légère de l’abricot et la douceur du chocolat blanc pour une glace aux notes de l’été, c'est le pitch de départ.
Je suis partie de la recette de la glace au chocolat blanc d’Edda, recette que j’ai modifiée légèrement à ma sauce. Ses recettes sont toujours top. Une de mes valeurs sûres dans la blogosphère culinaire.






Glace au chocolat blanc amande, coulis d’abricots
pour 1/2 litre de glace
1/2 litre de lait frais entier + 50 g de mascarpone
100 g de sucre semoule
120 g de chocolat amande
4 jaunes d’oeuf
1/2 cuillère à soupe de sirop de glucose
3 gouttes d’extrait d’amande amère
4 abricots bien mûrs
éclats de pistaches ou pralin pour la déco

Portez à ébullition le lait avec le glucose. A part, séparez les blancs des jaunes. Rapez le chocolat blanc dans un saladier. Fouettez les jaunes avec le sucre. Versez 1/3 du lait en fouettant bien et reversez dans la casserole avec le lait restant afin de finir votre crème anglaise. Elle est cuite quand elle nappe une cuillère en bois. Versez la sur le chocolat blanc et mélangez afin que le chocolat fonde à son contact. Mélangez au blender ou au mixeur plongeur la crème obtenue avec 50g de mascarpone qui va rajouter encore du moelleux. Versez 3 ou 4 gouttes d’extrait d’amandes amères pour booster la saveur de l’amande du chocolat. Réservez au frais pour au moins une demi-journée.
Nettoyez et coupez les abricots en petits morceaux et faites les compoter à feu doux. Réservez les aussi au frais.
Turbinez votre crème comme vous avez l’habitude de le faire. Versez la dans un plat en alternant avec des traits de coulis d’abricots. Saupoudrez de pistaches en morceaux ou de pralin et laissez au congélateur avant de la servir. Faites là de préférence 2 heures avant le repas car cela permet de garder une glace moelleuse au moment du service.






Comme le froid anesthésie un peu les saveurs, j’ai été déçue lorsque je l’ai réalisée car la saveur de l’amande n’était pas assez puissante à mon goût. C’est pourquoi dans la recette je vous incite à rajouter un peu d’extrait d’amande amère mais faites selon votre goût.

Je ne pense pas que je vais devenir une fidèle de ce chocolat mais en tout cas je vous programme d'autres recettes glacée d'ici la fin de l'été.


jeudi, juin 30, 2016

Tarte feuilletée aux tomates rôties

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen



Les tomates manquent encore d'un peu de soleil. Celles du potager ont 15 jours de retard. nous en aurons plutôt début août que fin juillet. Si septembre est ensoleillé, nous sommes sûrs d’en manger jusqu’à fin octobre. Mais en attendant, celles des étals sont là.
J’aime beaucoup les Roma et les Andine mais pour cette recette j’ai pris des petites tomates en grappe. Elles sont gourmandes juste rôties et déposées sur une tarte feuilletée.
Voici typiquement une recette d’assemblage. Une bonne pâte feuilletée, de la ratatouille fine, des tomates confites à l’huile et des tomates rôties 15 minutes au four.




Tarte feuilletée aux tomates rôties
Pour une tarte pour 4 personnes
1 pâte feuilletée (je prends celle de Marks&Spencer qui est très bonne)
6 à 7 cuillères de ratatouille fine ou de briami (ratatouille grecque) que vous pouvez acheter déjà toute prête
Une dizaine de pétales de tomates confites à l’huile d’olive
Deux grappes de tomates cerise
un bouquet de basilic
huile d’olive
un fromage de brebis sec

Etalez la pâte feuilletée sur une plaque de cuisson. Coupez des bandes fines afin de doubler la bordure, cela permet de faire des bords qui gonfleront plus que le centre. Placez un papier cuisson au centre de la pâte, posez un poids ou des billes afin d’empêcher le gonflement. Mettez au four préchauffé à 180¨C pendant 20/25 minutes. La pâte doit prendre une jolie couleur dorée.
Sortez votre fond de pâte cuit et laissez refroidir.
Profitez du four chaud pour faire rôtir les tomates en grappe avec un peu d’huile d’olive. C’est rapide : environ 10 minutes, les tomates doivent rester encore un peu fermes.

Juste avant de servir, garnissez le fond de pâte avec la ratatouille bien froide. Disposez les pétales de tomates confites à l’huile, les tomates rôties, quelques feuilles de basilic et des copeaux de chèvre sec plus intéressants qu'un parmesan pour booster ce type de recette. Un peu de fleur de sel et le tour est joué.

A déguster avec une salade de roquette ou un mesclun.

Une recette qui donne de la lumière alors que nous sommes toujours plongés dans le gris à Paris. Après 47 jours de pluie, le ciel reste plombé et nous comptons sur les doigts d'une main, les moments de grand ciel bleu depuis début mai. Nous comprenons les dépressions dues au manque de lumière dont peuvent souffrir les pays scandinaves.






vendredi, juin 24, 2016

Confiture de melon au fenouil pour booster vos fromages

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen




Beaucoup de personnes n’osent pas se lancer dans les confitures pensant que c’est difficile, qu’il faut du matériel et qu’au final on se retrouve avec 10 pots qui traîneront dans un placard pendant des mois. Alors bien sûr si vous disposez d’un verger ou de fruits en abondance vous devez certainement faire vos propres confitures mais ce n’est pas mon cas. J’aime faire des confitures en toute petite série, 3 ou 4 pots maximum, pas le temps de se lasser et cela permet de faire aussi des essais. Et il ne faut pas beaucoup de matériel, seulement respecter certaines règles notamment la stérilisation des pots et le choix des fruits. Quelques infos que vous trouverez ici.



Cette confiture est plutôt destinée à être dégustée avec un fromage frais de brebis ou chèvre. Dans le Elle à table de mai/juin 2016, la recette porte le nom de gelée mais au final c’est bien une confiture que l’on réalise. Dans une gelée c’est le jus des fruits qui est utilisé pour réaliser la confiture : pomme, coings, groseille, mures,..ici on utilise tout le fruit. Erreur d’intitulé mais résultat approuvé car la saveur du melon est préservée. Le grain de fenouil vient titiller les papilles.





Confiture de melon aux graines de fenouil
Pour deux pots moyens
600 g de melon mûr et sucré mais sans excès
300 g de sucre à confiture
Le jus d'un demi-citron jaune
1 cuillère à café de graines de fenouil
1 pincée d’agar-agar (la pointe d’un couteau) mais pas obligatoire

La veille, coupez le melon en cubes après avoir retiré peau et graines. Recouvrez les cubes de sucre et des graines de fenouil. Mélangez bien, couvrez et laisser mariner une nuit.
Le lendemain, dans une casserole à fond épais, versez le jus de citron et ensuite le mélange sucre/melon/fenouil. Portez doucement à ébullition en écumant très régulièrement : en effet une mousse va se former. Vous l’enlèverez avec une petite écumoir sans toucher au fruits et sans enlever trop de jus. Laissez cuire 10 minutes après ébullition. 2 minutes avant la fin de la cuisson, rajoutez l’agar-agar en mélangeant bien. Cela permettra à la confiture de mieux se tenir mais vous pouvez zappeur cette étape plus nécessaire si vous souhaitez faire une gelée plutôt qu'une confiture.
Versez dans deux pots préalablement ébouillantés si possible jusqu’à ras bord. Fermez hermétiquement. Attention à ne pas vous brûler car ensuite vous retournez les pots sur le plan travail. Cela permet de stériliser l’air qui reste entre la confiture et le couvercle. Retournez les pots à nouveau au bout de 15 minutes.





Servez cette confiture avec un fromage frais de brebis ou des fromages secs comme ici avec des fromages de brebis des Pyrénées. Mais rien ne vous empêche de la tartiner sur une belle tranche de pain grillé.

J'aime bien quand ça booste !

jeudi, juin 16, 2016

Mozzarella à la crème et citron

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen







La recette est tellement facile que l’on ne parle même plus de recette. Mais le résultat vaut le coup et vous verrez votre mozzarella d’un autre œil.
L’idée est de Jamie Oliver dont il a certainement piqué l’inspiration aux italiens. Elle était reprise dans le Elle à Table de juin. On ne va pas s’en plaindre car c’est une merveille sur des légumes rôtis , des tomates bien mûres ou à étaler voluptueusement sur une tartine de pain grillé. Par contre il faut une super mozzarella bien crémeuse, pas un truc sous-vide qui ressemble à une boule de PVC de ces marques qui inondent nos supermarchés. Quitte à faire une recette facile autant la faire bien. Trouver la bonne mozza sera la seule difficulté.


Mozzarella à la crème et au citron

Pour une belle boule de mozzarella de votre crémier
4 cuillères à soupe de crème fleurette
1 citron jaune bio (pas trop acide. de préférence italien)
Du thym frais ou du thym citron
Huile d’olive
Fleur de sel et poivre
A la main, divisez votre mozzarella en morceaux de la taille d’une noix. Placez dans un plat et couvrez avec la crème fleurette. Enrobez bien les billes de mozzarella de crème. Zestez le citron dessus et versez le jus d’un demi-citron. Emiettez un peu de thym et fleur de sel. Un tour de moulin et la recette est finie. Replacez au frais couvert d’un film pour que la mozza ne se dessèche pas. Servez avec quelques gouttes d’une bonne huile d’olive. Pour ma part j'ai mis aussi quelques jolies fleurs parme de sauge.




A étaler sur des bruschettas, ou comme ici sur des belles aubergines blanches juste cuites au four pendant 30 minutes à 180 °C.





Je crois que la prochaine recette sera encore un truc à étaler… jamais deux sans trois.

dimanche, juin 12, 2016

Tartinade de crabe, fromage frais, copeaux de coco

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen







J’aime bien les tartinades. Que ce soit pour le pique-nique, accompagner une salade, ou l’apéro, tout est bon à être étaler sur un bon pain ou un cracker.
Comme en ce moment, vous devez être plus « apéro devant le foot » que pique-nique vu la météo dans la partie Nord de la France, une bonne raison de la tester.




Le crabe est un crustacé que j’aime beaucoup. Sa chair est très fine, pas grasse et se prête bien ce type de recette. Sauf à vouloir absolument le préparer vous même vous trouverez de la très bonne chair de crabe sous-vide, en boite ou surgelé. La chair de crabe des neiges est excellente. Ce crustacé n’est pas en danger donc aucune raison d’excuser sa consommation pour cause de sur pêche. Seul le prix pourrait vous arrêter. Sa chair se marie bien à l’estragon et aussi à la noix de coco.


Tartine au crabe, fromage frais et copeaux de noix de coco
Recette du Saveur de mai 2015
pour 4 à 6 personnes
200 g de fromage frais de chèvre
200 g de chair de crabe cuite et sans cartilage
Quelques tiges d’estragon
4 cuillères à soupe de copeaux de noix de coco
2 cuillère à soupe de jus de citron vert + le zeste d’un citron vert
1 poivre aromatique (type Poivre de Voatsiperifery) ou un mélange 5 baies
Fleur de sel

Egouttez le crabe. Mélangez bien le fromage frais et la chair de crabe à la fourchette dans un saladier. Rajoutez le jus de citron vert, un peu de fleur de sel et le poivre que vous aurez moulu ou concassé (l’équivalent de 3 tours de moulin)
Faites griller les copeaux de noix de coco dans une petite poêle. C’est prêt quand les copeaux commencent à dorer. Mélangez au crabe et fromage, rajoutez les zestes de citron et les feuilles d’estragon ciselées.
Couvrez et laissez reposer au frais avant de servir.
Servez avec des crackers ou du pain grillé

J’ai testé les crackers de riz de la marque Na!. Très fins et croustillants ils sont impeccables avec cette recette car ils ne sont absolument pas gras.

A déguster aussi bien avec un rhum qu'une vodka ou même un champagne brut.





Prochaine recette : encore une histoire de truc à étaler qui devrait appeler le soleil. Décidément.


jeudi, mai 26, 2016

Les gâteaux aux pignons de Christophe Berger

Ecrit et réalisé par Very Easy Kitchen








Je ne suis pas très conservatrice dans l’âme. Je ne collectionne rien et je ne suis pas très attachée aux biens matériels, aux souvenirs et bibelots ramenés de voyage. Le plus important est ce qui reste en tête, en mémoire quand vous fermez les yeux.
Je ne conserve pas longtemps les magazines de cuisine que j’achète (3 ou 4 par mois). Très régulièrement, je trie car on se rend vite compte que les recettes reviennent souvent d’une année sur l’autre en se modernisant ou au contraire en reprenant ses bases classique ; le stylisme culinaire, l’art de la table, la manière de photographier changent et les magazines prennent très vite un coup de vieux. Je les relis, je scanne ou je fais une photo d’une recette qui peut encore m’intéresser et je donne. Je ne peux pas jeter un magazine ou un livre. Les livres je les donne à une toute petite bibliothèque de village et les magazines je les laisse dans ma montée d’escalier ou les amène au bureau.

Bref en triant de vieux Elle à table, je tombe sur un numéro ancien qui présentait les bonnes adresses à Genève (j’ai une maison à 40 km de Genève) ville où je ne vais… jamais. Dommage car il y a vraiment de super adresses, notamment celle de Christophe Berger, pâtissier chocolatier qui proposait de petits gâteaux aux pignons trop mignons dans leur forme haute.
Et pour une fois, j’ai gardé le numéro, histoire de me rappeler qu’il serait bon que j’y fasse un tour. D’autant plus qu’il ouvre à 7h30 (une bizarrerie pour des parisiens) mais un bonheur quand vous voulez vous faire un petit-déjeuner sympa avant le travail.

Pour cette recette il vous faudra soit des moules à darioles soit des moules hauts pour muffins ou gros cannelés. Pâte et garniture se préparent la veille.J’ai réduit de moitié les quantités par rapport à la recette d’origine prévue pourtant pour 6 personnes. Ne zappez pas la fleur de sel qui est un vrai révélateur de goût avec les pignons.






Gâteaux aux pignons de Christophe Berger
pour 8/9 gâteaux (de la taille de muffins)
Pour la pâte extérieure
110 g de beurre mou
60 g de sucre glace
3 cuillères de lait
175 g de farine fluide
1 pincée de fleur de sel
pour le remplissage
125 de beurre
125 g de sucre (j’ai mis du sucre complet de canne)
4 gros oeufs
50 g de pignons de pin
180 g de poudre d’amande
Le zeste d’un citron bio
1 pincée de fleur de sel

Préparez votre pâte en mélangeant le beurre bien mou et le sucre glace. Rajoutez le lait, la farine et la fleur de sel. Mélangez sans trop travailler la pâte. Roulez la en boule, filmez au contact et placez au frais.
Préparez votre garniture. Mixez les pignons ou passez-les au mortier. afin d'obtenir une poudre grossière. Mélangez le beurre mou avec le sucre, ajoutez la fleur de sel et ensuite les oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque oeuf. Ajoutez la poudre d’amande et les pignons réduits en poudre grossière. Zester le citron. Filmez et placez au froid pour une nuit. La garniture va se solidifier au froid.
Le lendemain, préchauffez le four à 180°C.
Farinez vos moules (les miens sont en silicone mais je farine toujours un peu). Prenez une partie de la pâte (un gros 8ème de pâte) et étalez-la afin de former un rond de pâte de la taille d’une grosse soucoupe environ. Déposez la pâte dans un moule en formant des bords hauts (les miens font bien 6 cm de haut). Garnissez avec la pâte aux pignons, déposez quelques pignons en déco. Faites de même pour tous vos moules.
Placez au four pour 25 minutes environ. Attention, la garniture brunit rapidement donc surveillez bien la cuisson. Sortez-les placez-les sur une grille pour refroidir. Saupoudrez d’un nuage de sucre glace une fois que les gâteaux sont démoulés.

Vous pouvez les proposer au goûter car ils sont trop denses pour finir un repas.
Quant à la pâte, je pense l'utiliser régulièrement pour des tartes sucrées.
Comme je ne suis pas très contente de mes photos, il y a de fortes chances que je les refasse bientôt.

Sont forts ces Suisses.


LinkWithin

Related Posts with Thumbnails